Le financement circulaire de l'autonomie.

 POURQUOI MAINTENANT ?

  La «  Révolution de l’âge ».

La population française est engagée, comme ses voisins européens, dans un processus de transition démographique marqué par une croissance importante et continue des classes d’âge les plus élevées, ainsi que par une augmentation de la longévité des Français. Les personnes âgées de 60 ans et plus, au nombre de 15 millions aujourd’hui, seront 20 millions en 2030 et près de 24 millions en 2060. Les Français âgés de 75 ans et plus (5,7millions en 2012) seront 12millions en 2060. Et le nombre des plus de 85 ans va quasiment quadrupler, passant de 1,4million aujourd’hui à 4,8millions en 2050.

 Cette « révolution de l’âge » est un progrès pour la France. En permettant à un grand nombre de Français de vivre plus longtemps, l’augmentation de l’espérance de vie est notre grande victoire à tous : plus de 80 ans aujourd’hui en moyenne contre 47 ans en 1900.

Cette révolution de l’âge peut être également porteuse de croissance, génératrice d’un développement économique autour des besoins et aspirations des plus âgés (ce que l’on appelle (la « silver économie »).

 Mais cette révolution constitue aussi un défi majeur : notre société doit s’adapter, dès à présent, pour permettre à tous de profiter dans les meilleures conditions sociales, économiques et sanitaires et le plus longtemps possible de ce formidable progrès, porté par l’allongement de l’espérance de vie.

 Nous devons également répondre aux besoins et accompagner ceux pour qui l’âge signifie une perte d’autonomie ou une entrée dans la dépendance.

 Or, la prise en compte du vieillissement et la prise en charge des personnes en perte d’autonomie sont largement perfectibles. La prévention à tous les âges de la vie, y compris les plus précoces, est insuffisamment développée.

 Au regard de ces différents constats, le Président de République et le Premier ministre ont décidé de mener une réforme de société qui embrasse toutes les dimensions de la prise en compte de l’avancée en âge et de confier à la ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’Autonomie, Michèle DELAUNAY, en lien avec la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol TOURAINE, l’élaboration d’un projet de loi l’adaptation de la société au vieillissement.

 Les travaux du Gouvernement s’appuient sur les trois rapports remis au Premier ministre le 11 mars dernier par le docteur AQUINO, président du comité « avancée en âge », Martine PINVILLE, députée de la Charente, et Luc BROUSSY, conseiller général et élu de Goussainville. Ces travaux s’inscrivent par ailleurs en pleine cohérence avec la stratégie nationale de santé. 

 

VIEILLISSEMENT, SOLIDARITÉ, HÉRITAGE : UNE RÉFLEXION INTEMPORELLE FACE À L'ALLONGEMENT DE LA VIE

Jouir librement du fruit de son travail et de son bientransmettre à sa descendance,sont des souhaits partagés par de nombreux êtres humains. Maintenant que l'espérance de vie est plus longue et que la vieillesse est parfois assombrie par la dépendance, une aide alimentaire s'impose de plus en plus souvent aux familles pour assurer le financement des soins et charges d'hébergement de leurs parents.

 

On aurait pu croire qu'en France, le développement économique permet àune large majorité de la population d'accéder à l'emploi, il aurait été mis en place des systèmes de solidarité mutuelle. L'épargne détenue par les particuliers sous forme d'actifs immobiliers suscite pour cette raison un intérêt croissant.

 

Le patrimoine des séniors est en grande partie immobilier 73% des personnes âgées de 60 à 74 ans et 65% des 75 ans ou plus sont propriétaires de leur résidence principale.

 

 

LA RICHESSE DES ACTIFS IMMOBILIERS DES SENIORS LEUR PERMET DE REPONDRE A DEUX BESOINS PRIORITAIRES:

1) Conserver leur lieu de vie et rester à leur domicile

 

Lorsque la personne âgée n'a pas perdu toute autonomie, plusieurs arguments militent en faveur du maintien à domicile : éviter l'arrachement que représente le départ souvent définitif de son domicile, conserver une relative autonomie dans ses décisions et relations sociales, gérer avec une aide appropriée sa dépendance fonctionnelle sans bouleverser son mode de vie...

2) Acceder à un complement de revenu à vie

 

À titre d'exemple, tiré d'un cas concret récent, une dame de 80 ans propriétaire d'un appartement d'une valeur libre de 330 000 € et d'une valeur occupée de 200 000 €,qui reste dans son logement, peut prétendre, en tenant compte également de la nature du bien, obtenir un bouquet de 70 000 € et une rente viagère de 1 100 € par mois.

 

VIAGER MUTUALISE COOPERATIF

Coordonnées

Les 3 Colonnes du maintien et du soutien à domicile

71 chemin moulin Carron

69570 Dardilly

 

04-78-47-70-15

 

contact@3colonnes.org

Site Partenaire